text-align:center; background:#900 url(http://1.bp.blogspot.com/-3vMrVNk7dNU/TtdLG4SUILI/AAAAAAAABBI/YS43jQX9do8/s1600/template2%2Brouge.jpg) center bottom no-repeat; padding-top: 20px; padding-bottom: 215px;

Google+ Badge

LE BLOG 100% NAPLES!

mercredi 3 février 2016

NON aux violences domestiques! Pozzuoli solidaire de Carla, entre la vie et la mort



Des centaines de gens ont participé à la retraite aux flambeaux "silencieuse" pour Carla, à qui son compagnon a mis le feu
Une foule émue a voulu partager son coeur avec cette dame, qui se trouve entre la vie et la mort aujourd’hui. Pour elle et pour toutes les femmes victimes de violences domestiques, des centaines de gens ont allumé des bougies et des cierges blancs.





 
Carla, à l’hôpital des Cardarelli: "Elle est dans une condition très critique"

Il a mis le feu à sa compagne, enceinte

Une retraite aux flambeaux « silencieuse » s’est tenue à Pozzuoli, hier, en solidarité avec Carla, cette femme à qui son compagnon a mis le feu (après l’avoir aspergée d’alcool, il a allumé son briquet), qui, depuis, a réussi à accoucher, et qui, à présent, est entre la vie et la mort.
L’initiative a été prise sur le Web spontanément et est appuyée par la municipalité de Pozzuoli.
Pour Carla, une foule émue. Des centaines de personnes ont défilé silencieusement de la piazza a Mare à la piazza della Repubblica. Pour Carla et pour toutes les femmes victimes de violences, une foule qui ne veut plus rester murée dans le silence.

Carla, jetée aux flammes

« Il suffira de se munir d’une bougie et c’est cette flamme qui fera le trait d’union entre tous nos cœurs »- c’était le message diffusé sur les réseaux sociaux la veille de la retraite aux flambeaux – en prière pour toutes les victimes dont la vie n’est considérée comme rien en général ». Ainsi il y avait des centaines de bougies et de cierges blancs allumés, dont les lumières ont volé dans le ciel pour la jeune femme qui lutte pour rester en vie.
« C’est maintenant qu’il faut riposter, avec au moins des actes concrets de solidarité,  à cette bataille culturelle et judiciaire à laquelle tous aspirent, car Carla aurait pu être notre sœur, notre fille, notre cousine ou nièce, amie ou relation, ou une autre femme victime de violence », explique l’association  Frida Kahlo, active à Marano, qui tient deux centres de conseil gratuits anti-violences, et qui était présente hier à la retraite aux flambeaux, comme tant d’autres associations.
Le maire de Pozzuoli, M. Figliola, a commenté en ces termes :  « La ville de Pozzuoli a répondu à l’appel avec une grande sensibilité. Nous sommes les supporters de Carla. La situation est vraiment délicate et ce soir, nous avons donné un témoignage de solidarité très fort, en tant que communauté. Merci aussi aux autres maires des communes flégréennes* qui se sont tenus à nos côtés »
Pendant ce temps des hashtags de solidarité pour la jeune femme continuent à se répandre, comme #Carlaresisti et #resistiCarla, utiles pour répandre des pensées de solidarité avec la victime d’agression et contre ce genre de violence.
L’agresseur a dit aux juges : « Elle m’a trahi, j’ai perdu la tête »
Il l’avait aspergée d’alcool et mis le feu. Les médecins ont pu sauver l’enfant. Sa mère a 50% de chances de guérir, elle présente des brûlures sur plus de la moitié du corps. C’est un voisin qui a alerté les autorités. Ce drame date du 1er février.

*flégréennes: se rapportent à la région du Nord de Naples, dite les "Champs flégréens", en grec, les champs de feu: région à fort volcanisme, dont le volcan le plus célèbre est la Solfatara. Qualifie les communes de cette région, comme Pozzuoli ou Bacoli.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire